frank et Jean dinde

...Rien quun bout

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

ERREUR 99

 Les cousins ont déménagé vers Bramapuri. Bramapuri est l’ancien quartier des brahmans. Qui ont peint leurs maisons en bleu pour le confort de leurs âmes, mais se sont aperçus qu’en plus du repos de l’âme, ils y gagnaient aussi celle avec les insectes, repoussés par cette couleur. C’est ainsi que Jodhpur est devenue bleue.
Nous errons en ville, autant pour respirer l’ambiance que pour faire des photos. Nous marchons dans une ruelle grouillante de vie. C’est un défilé de vélos, turbans et moustaches, saris jaunes et roses, scooters, triporteurs fonçant en tous sens, sous le regard morne des vaches et des chiens. De chaque côté de la rue de minuscules échoppes, où trônent au centre du fratras propre à leurs métiers des artisans contemplatifs. Les deux cousins se régalent de cette agitation. Mais une vache bloque la rue. Des deux cotés arrivent des rickshaws qui se trouvent coincés. Rapidement au ruminant s’agglutinent motos, vélos, piétons et rickshaws, tous klaxonnant à qui mieux mieux. Jean juché sur un parapet mitraille la scène.
 Jodhpur dernier pano
 Enfin, le bovidé sacré s’extirpe et le bouchon se résorbe rapidement. Une fois le brouhaha retombé : kiiichlac –– kiiichlac - kiiichlac  - L’appareil de Jean continue de mitrailler. Kiiichlac - ERREUR 99 – kiiichlac - ERREUR 99 – kiiichlac - ERREUR 99-  kiiichlac - ERREUR 99 - kiiichlac.
Déjà au Pérou en pleine procession l’appareil lui avait le coup de l’erreur 49. Mais ce coup-ci c’est 99 : 50 de plus, et près du double quand même, et ce n’est pas rien !
L’appareil tourne en boucle, il ne cesse de prendre des photos, et pas moyen d’accéder à quoi que ce soit, le seul moyen de l’arrêter c’est d’enlever la batterie, mais dés qu’on la remet : kiiichlac - ERREUR 99 – kiiichlac - ERREUR 99.
Consternation !
Tout allait si bien…
 Ils  rentrent à l’hôtel pour étudier le problème.
Et ne peuvent que le constater : L’appareil est en panne et pas grand-chose à faire : L’amener à réparer – même à Dehli c’est improbable, en acheter un autre : pareil.
Frank ironique lui lance : « Tu es punis par où tu as pêché : tu as trop mitraillé. » C’est vrai que Jean pour faire une image fait de 10 à 30 photos, et que rarement appareil a été soumis à une telle pression. Frank enchaîne moqueur : « Et qu’est que tu vas faire maintenant ? »
Jean lui lance un regard noir : « si j’ai plus d’appareil, autant rentrer à Paris.»
Mais Frank inquiet de perdre son compagnon de voyage ajoute : « y’a toujours mon appareil, je te le passerais et je prendrais la caméra.
- C’est cool, mais ton appareil ne va pas aussi vite que le mien, et il n’est pas aussi sensible… »
C’est vrai que ces petites différences techniques offrent des possibilités supplémentaires, et que, par ce coup du sort, Jean voit s’envoler beaucoup des images qu’il rêvait de faire.
« - Si je ne peux plus faire de photos, il ne me reste plus qu’à draguer les gonzesses » conclu Jean en sortant de la chambre parce qu’il a vu passer une fille une bière la main.
Il va sur la terrasse et laisse venir la fille – ce qui ne tarde pas – « I’m affraid that we wan’t have a nice sunset tonight », en effets un gros nuage masque le soleil . Jean s’installe à sa table et la discussion peut commencer.
Dareen est sud-africaine, ingénieur du son et londonienne. Elle fait un documentaire vidéo avec son téléphone (…).
« The sound-track of this contry is incredible ! » s’esclame-t’elle alors qu’au loin un train pousse sa longue complainte.
C’est vrai du haut la terrasse, sur les klaxons étouffés sonnent tous les sons de l’inde : trains oiseaux, prières, meuglements, muezzins, cris d’enfants…
Plus tard au dîner, Dareen se joint aux cousins, avant que deux autres filles les rejoignent. Ils passent une très agréable soirée entourés les trois filles.
Décidément tout ne va pas si mal.