frank et Jean dinde

...Rien quun bout

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mystic BBQ

 La veille, à peine arrivés, ils ont été sur les ghats – normal c’est l’épicentre de Varanasi. En s’y promenant, ils ont été assaillis par toutes sortes de quémandeurs : chai, boat, massage, rasage, fleur, mendiants, sadhus, cartes postales : la pression touristique.
Les masseurs ont une technique à part, ils se plantent devant le chaland, tendant une main ferme voir rigide. Une fois celle du gogo saisie, il ne la lâche plus, imposant un massage presque brutal. Il y a comme un rapport de domination dans leur abord.
Puis continuant la ballade ils arrivent au Harichandra Gath. c’est un lieu sacré où se pratique les crémations, car pour un hindouiste une crémation sur le Gange est un sésame pour une meilleure réincarnation.
 Varanasi offrandes
 Ici comme aux bains, le profane se mêle au sacré : Alors que les pèlerins font leurs ablutions, des enfants lancent à l’eau des aimants au bout de ficelles et en draguent le fond, récupérant ça et là des piécettes ; de même autour du bûcher grouille une économie particulière : vendeurs de bois, officiants du bûcher, badauds, ainsi que toute une faune étrange se mêlant aux familles et aux prêtres.
 Varanasi crémations
 Dans la fumée de bois de santal, les gens parlent doucement. L’ambiance est au recueillement. Mais Il y a aussi des prédateurs, les pseudos guides. Frank las de l’agression se retire, tandis que Jean se laisse entraîner par un de ces guides. L’homme est râblais, les traits tirés, mal rasé et vêtu de châles, mais c’est surtout sont regard fiévreux qui lui donne cet air biblique qui colle si bien à la scène. À propos de l’antiquité : C’est à la flamme qui consuma Shiva, entretenue depuis 3500 ans, qu’ils allument les bûchers. Le Gange est la mère de tout, c’est pour ça qu’il est sain d’y retourner. La cérémonie purifie, béni, clos sa vie, et ouvre la porte de la réincarnation ou du nirvana.
Seuls les sadhus, les enfants, les femmes enceintes ne sont pas incinéré – étant pures ils n’ont pas besoin du feu - mais jetés au Gange lesté d’une grosse pierre plate.