Le Madazine des Madalascars

...Frank et jean en Lémurie

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Antsiranana

DiegoNotre Tintin parisien et son capitain Haddock de l'est varois, téméraires comme de vrais reporters, car, vous ne le savez pas : ils sont envoyés spéciaux pour un magazine de boules,  plongent dans l'univers Maltésien d'Antsiranana. Antsiranana ou anciennement et encore Diego Suarez, est une port colonial et décrépi sur la deuxième baie la plus grande du monde, après celle Rio, elle a même son pain de sucre. Les guides en vantent sa Mer d’émeraude et sa vie nocturne. Ils y arrivent l’après midi, et malgré sont aéroport inachevé, elle semble morte et abandonnée.

 Antsiranana Aeroport
 À la tombée de la nuit les loups sortent, ils vont au « Vahiné » le bar à vaza de la ville.
Frank et jean décident d’y jeter un oeil. Les couples ne sont pas encore fait, et les tables sont, soit de vazas, soit de filles pour la plupart graciles et dorées. Ils s’installent en terrasse. Jean commet la faute de sourire à une fille, qui immédiatement s’assoit à leur table. La conversation s’éteint avant même de commencer, et ne s’animera vraiment que quand, la plantant la plante là, elle réclama à manger.
Ils décident d’aller dîner. La nuit passe...
 Diego ruines
 Le lendemain suivant les conseils touristiques, ils vont à Ramena, voir cette Mer d’émeraude dont tous parlent. Ils s’attendent à tomber un plan convenu et artificiel (Jean : il faut bien commencer quelque part), puis il ont envie de mer, sable blanc et cocotiers, ne leur jetons pas la pierre.
Ils embarquent, Il y a le capitaine, son second, la cuisinière et son commis, ainsi que le imousse, plus trois filles le visage peint terre ocre ou jaune. Nos deux voyageurs sont ébahis naviguent à la voile en boutro sur l’océan indien (Frank: Ah! l‘appel de la mer! - Jean : il n'arrêtes pas d'appeler sa mère qui est si loin - Frank : Maman...). Ils traversent la grande passe de Diego, porte vers l’océan, puis accostent et font un bout de chemin à pied, traversant un village de pécheurs, (Jean : Des cabanes rudimentaires en bois et des gamins joueurs, un peu cliché certes, mais ça le fait. - Frank: il adore jouer avec les gamins)
 Ensuite ils embarquent pour la mer d’émeraude. Un vrai moment d’exotisme.
 Diego Suarez  Boutro
 pique-nique, baignade sur un îlot, puis retour dans le coucher de soleil.
 Diego Suarez  Boutro
 La petite leçon de Malagasy (malgache en malgache) de Monsieur Frank.
Le possessif se place en suffixe du mot concerné. par exemple :
 mon cousin (cousin se dit pareil) : cousin-ko (cousinkou)
 Ton cousin : cousin-nao (cousinaou-le naou à la brésilienne)
 C'est du bon pied que nous commençons le voyage, et nos premiers pas sur l'île laissent augurer de bons moments. A peine 3 jours que nous sommes ici et nous en avons déjà pris plein les yeux et les objectifs. Nos premiers pas photographiques sont certes un peu timides, mais le malgache semble cool à la prise de vue, pas bégueule pour un sou, il se laisse prendre en souriant : ce qui va nous simplifier le travail.

Mais les deux photographes, qui s’agitent en nous, ont envies d’autres scènes. Après une dernière soirée en ville, nous partons direction Joffreville à la poursuite d’un autre rêve, plus spécifiquement Frankien, (Jean : Frank est assez botaniste, zoologiste voir enthomologiste dans sa photomanie, tandis que moi c'est plutôt ethno-pano).
Rendez-vous en Lémurie, d’où nous vous ramèneront d’autres photos.