Le Madazine des Madalascars

...Frank et jean en Lémurie

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Sarodrano

SarodranoIls arrivent à Sarodrano, au bout de la piste, en même temps que le soleil couchant. Des enfants courent autour de la voiture en criant. C'est sûr qu'ici, ils ne doivent pas avoir beaucoup de visites.
Sarodrano est un petit village de pêcheurs, sur une langue de sable de plusieurs kilomètres - quelques cahutes de bois et de palme, un “hôtel” et des enfants.

 Sarodrano
 C’est pas ici qu’ils pourrons goûter aux plaisirs de la vie nocturne. Une fois la nuit tombée, seuls brillent les deux ampoules 5 watts du village qu’alimente un groupe électrogène poussif. Chacun est rentré chez soi, les familles discutent entre elles. Les sujets de discussions ne doivent pas être très nombreux. Mais aujourd’hui c’est fête : outre les deux vazas, qui ne peuvent participer aux conversations, il y a leur guide, Stéphane, qui raconte le monde au village.
 le conteur
 (Frank : on dirait Cispéo dans la guerre des étoiles racontant aux petit ours leurs aventures)  C’est pas qu’il en connaisse beaucoup, mais Tulear vu d’ici est une mégapole, et il  est intarissable. La soirée passe paisible.
 auberge
C’est la matin que Sarodrano vit : les pêcheurs partent en mer, les femmes font la vaisselle et les enfants vont à l’école. Mais aujourd’hui un grain de sable vient gripper le train-train du village,  Deux vazas tournent en ville. Et les gamins, que cette présence excite, courent et crient autour des deux cousins. (Jean : il y en a partout, ils m’encerclent, je n’arrive pas à faire une photo sans qu’ils s'agglutinent face à l’objectif. Des mouches !)(Frank : il adore les enfants !) 
 enfants sur la dune
 Voyager est autant une quête qu’une fuite, et plus la fin approche, plus ils s ‘éloignent. Ici à l’extrémité d’une langue de sable, ils pensent avoir enfin atteint le bout du monde.
Mais même à perpette le temps cours toujours, il leur faut partir pour Tulear, où un avion ne les attendra pas.