Panama

Jean en Amérique Latine

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

El pisco daño a la salud

 

Lima
Sacrée gueule de bois ce matin. Je marche dans les rues de Lima, j’en ai marre de la ville, cela fait près d’une semaine que je suis ici, à préparer la suite le jour et à traîner la nuit dans les bars, Bituroscope oblige.
Hier, au Tasca, j'ai rencontré un "écrivain" américain – j’ai mit des guillemets, parce qu’il n’est pas plus écrivain que je ne suis photographe, il est ici pour écrire, comme moi pour faire des photos - Ignace (il tient son nom de sa mère française) avec qui j’ai eu une discussion intéressante sur la création et la transmission, mais au delà du sujet, ce qui était amusant, c'était surtout le mélange trilingue, un truc du genre : "cuando me fue à Miraflores, the thing I saw was, una chica très très belle" assez spécial, mais assez amusant, avec même des pointes de mélange à l'intérieur des mots, genre : conjugaison d'un verbe anglais en espagnol et réciproquement : habling pour le verbe hablar et le gérondif anglais - si je ne me trompe.
Lima
Puis nous avons entraîné dans notre conversation des chicas brésiliennes émigrées au Pérou, notre petite bande devenait de plus en plus trans-nationale. Après la bière je suis passé au pisco - boisson typiquement péruvienne, mais avant tout très alcoolisée - mal de tête carabiné ce matin - le pisco est un alcool à base de raisin qui porte le nom de sa ville d'origine, donc Pisco. Pisco qui fut l'épicentre du tremblement de terre (terremoto) du 15 août de - je le rappelle - 7,9° sur l'échelle de Richter, tout ça pour dire : que certains petits malins du marketing, on eu l'idée de sortir une cuvée spécial de Pisco : le 7,9.
Pisco Un pisco qui fait mal à la tête cela va de soit, et dont les effets secondaires sont bien plus qu'une gueule de bois (plus de 500 morts, des milliers de blessés et sans abris). Ensuite nous avons continué chez l'Américain, qui habite à Lima chez son frère absent. La soirée fut longue et ses lendemains peu chantants. Tout ça pour dire que je suis invité vendredi soir à l’aniv de Judith, la brunette, qu’au bar ils me saluent quand je passe dans la rue, et me font la bise quand j’arrive, qu’en plus demain ya mega teuf ( un autre bar fête son aniv et j’y suis invité par Ivan ). J’ai fait mon petit nid à Lima, un nid qui refoule la binouze. Mais ce n’est pas ce que je veux - si je pars au loin ce n’est pas pour faire ce que je fais à la maison, donc demain je fuis, je trace : bus vers Chosica et San Pedro de Casta (3000 mètres d’altitude), puis visite sur un plateau de 4 km2 à 4000 m du site archéologique de Marcahuasi. Ensuite plusieurs jours de bus sur des petites routes de montagne avec haltes dans des bleds paumés avant de rejoindre Cuzco, où, entre autres, je vais faire un trek de 4 jours, parmi les sommets enneigés, avant de débarquer au petit matin au-dessus du Machu-Pichu.
Grand kif en vue…
Je vous raconterais.